La désimpro

Blog

Les labos de la Désimpro

L’art du Storytelling

Séminaire-Réunion

Le Storytelling est l’art de se raconter en histoire.
Que ce soit pour parler de votre projet, de votre parcours ou de vous-même, identifiez et utilisez les anecdotes qui vont « appeler le public en nous » – un public qui a faim de récits et soif d’aventure, à travers vous.

  • Personnalisez votre discours :
    Le storytelling n’est pas le récit intime de votre vie, mais le croisement entre vous-même et votre projet professionnel. C’est le facteur humain qui vient donner un souffle de réalité à tout ce verbiage technique, dans un enrobage de sérieux. Ce n’est pas le candidat qui s’adresse au jury, le stratuper à l’investisseur, ou le prestataire au client, c’est l’humain qui parle à l’humain.
  • Affranchissez-vous du conte chronologique :
    C’est écrit sur votre CV, dans l’historique de votre entreprise ou le communiqué de presse de votre dernier produit/service, donc, inutile de nous en reparler. Bien entendu, vous avez eu une vie en 2016, en 2015, et pendant toutes ces années qui remontent jusqu’à votre naissance. Nous n’en doutons pas, alors allez à l’essentiel pour nous éviter d’être noyé d’information, par toujours pertinentes dans le contexte.
  • N’allez pas trop loin :
    Un bon storytelling est une délicieuse mise en bouche, une fin habile, ou parfois une partie pertinente du développement de votre pitch. Mais rien de plus que cela. Si votre prise de parole entière n’est qu’un immense storytelling, vous vous êtes trompé d’exercice et venez de réaliser un témoignage parlé.
  • Attention au négatif :
    Le public est une boule empathique et sensible. Si vous pleurez, il pleure avec vous, si vous riez, il rit avec vous. Alors faites-en une force pour justement ne pas trop l’accabler de vos peines, et mieux vous centrer sur ce qui vous anime positivement dans votre ambition !
  • Ne nous laissez pas sur notre faim :
    Un peu de teasing pour attiser notre curiosité ? Pourquoi pas, mais attention à ne pas trop en faire. Allonger son projet d’inutiles mystères ou de complexes suppositions peut finir par lasser votre auditoire qui n’en demandait pas tant. Mesurez votre part d’annonces-chocs et de non-dits.
  • Dominez vos intentions :
    Si vous vous demandez si un bon storytelling n’est pas un peu une manipulation déguisée, la réponse est oui. Et en même temps, non. Tout est question d’intention. Il est facile de manipuler lorsque l’on donne l’impression de s’ouvrir et d’être justement dans une situation de vulnérabilité. Si c’est votre but, qui suis-je pour vous en empêcher ? Mais parler de soi peut-être tellement plus que ça qu’il serait bien idiot d’en faire un catalyseur de faits d’armes qui ne vous appartiennent pas.
  • Régalez-vous :
    Quel plaisir d’avoir finalement devant soi ces personnes prêtes à écouter nos petites histoires, à découvrir les pourquoi de notre motivation profonde. Réunies devant nous, elles s’éveillent avec le ton de notre voix, nous renvoient par hochement de tête convaincu les étoiles que nous avons dans les yeux à l’évocation de ces propos insolites. Quelle joie cela doit être de pouvoir parler de soi en toute authenticité. Quelle chance vous avez là !

Tous nos prochains ateliers Storytelling 2016 sont à retrouver sur le site de l’Association Eklore.

 

PartagerShare on Facebook5Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn18Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *