La désimpro

Art oratoire

L’art du Storytelling

Séminaire-Réunion

Le Storytelling est l’art de se raconter en histoire.
Que ce soit pour parler de votre projet, de votre parcours ou de vous-même, identifiez et utilisez les anecdotes qui vont « appeler le public en nous » – un public qui a faim de récits et soif d’aventure, à travers vous.

  • Personnalisez votre discours :
    Le storytelling n’est pas le récit intime de votre vie, mais le croisement entre vous-même et votre projet professionnel. C’est le facteur humain qui vient donner un souffle de réalité à tout ce verbiage technique, dans un enrobage de sérieux. Ce n’est pas le candidat qui s’adresse au jury, le stratuper à l’investisseur, ou le prestataire au client, c’est l’humain qui parle à l’humain.
  • Affranchissez-vous du conte chronologique :
    C’est écrit sur votre CV, dans l’historique de votre entreprise ou le communiqué de presse de votre dernier produit/service, donc, inutile de nous en reparler. Bien entendu, vous avez eu une vie en 2016, en 2015, et pendant toutes ces années qui remontent jusqu’à votre naissance. Nous n’en doutons pas, alors allez à l’essentiel pour nous éviter d’être noyé d’information, par toujours pertinentes dans le contexte.
  • N’allez pas trop loin :
    Un bon storytelling est une délicieuse mise en bouche, une fin habile, ou parfois une partie pertinente du développement de votre pitch. Mais rien de plus que cela. Si votre prise de parole entière n’est qu’un immense storytelling, vous vous êtes trompé d’exercice et venez de réaliser un témoignage parlé.
  • Attention au négatif :
    Le public est une boule empathique et sensible. Si vous pleurez, il pleure avec vous, si vous riez, il rit avec vous. Alors faites-en une force pour justement ne pas trop l’accabler de vos peines, et mieux vous centrer sur ce qui vous anime positivement dans votre ambition !
  • Ne nous laissez pas sur notre faim :
    Un peu de teasing pour attiser notre curiosité ? Pourquoi pas, mais attention à ne pas trop en faire. Allonger son projet d’inutiles mystères ou de complexes suppositions peut finir par lasser votre auditoire qui n’en demandait pas tant. Mesurez votre part d’annonces-chocs et de non-dits.
  • Dominez vos intentions :
    Si vous vous demandez si un bon storytelling n’est pas un peu une manipulation déguisée, la réponse est oui. Et en même temps, non. Tout est question d’intention. Il est facile de manipuler lorsque l’on donne l’impression de s’ouvrir et d’être justement dans une situation de vulnérabilité. Si c’est votre but, qui suis-je pour vous en empêcher ? Mais parler de soi peut-être tellement plus que ça qu’il serait bien idiot d’en faire un catalyseur de faits d’armes qui ne vous appartiennent pas.
  • Régalez-vous :
    Quel plaisir d’avoir finalement devant soi ces personnes prêtes à écouter nos petites histoires, à découvrir les pourquoi de notre motivation profonde. Réunies devant nous, elles s’éveillent avec le ton de notre voix, nous renvoient par hochement de tête convaincu les étoiles que nous avons dans les yeux à l’évocation de ces propos insolites. Quelle joie cela doit être de pouvoir parler de soi en toute authenticité. Quelle chance vous avez là !

Tous nos prochains ateliers Storytelling 2016 sont à retrouver sur le site de l’Association Eklore.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Atelier Prise de Parole en Public & Storytelling pour ICN Alumni

ICN Alumni

Nous vous donnons rendez-vous mardi 5 avril à Paris pour l’atelier « Prise de parole en public : devenez l’orateur que vous aimeriez être ! » animé par Béatrice Doradoux (ICN 2013).

Atelier-Networking, animé autour de la Prise de Parole en Public et de la présentation de soi et de son projet.

Serez-vous capable de nous convaincre par le storytelling de votre idée ou de votre parcours ? Et lorsque le public change, savez-vous changer avec lui, dans une posture d’écoute active ?
Nous utiliserons notamment les techniques d’improvisation pour vous permettre d’écrire votre propre pitch. Par le jeu de rôle et la force des débriefs collectifs nous mêlons l’utile à l’agréable afin de vous proposer un atelier aussi amusant que professionnalisant, et toujours bienveillant.

Inscriptions obligatoires avant le vendredi 25 mars à ce lien.
Tarifs : 20/30 €

Rendez-vous :
Mardi 5 avril 2016, à 19h
SAINT ROCH – Salle Peguy
35 rue saint roch – 75001 PARIS

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

#Startups : Prise de parole en public : 8 conseils pour réussir l’exercice

Article sourcemaddyness.com/outils/2016/03/10/prise-de-parole-en-public-conseils-beatrice-doradoux

art-oratoire-620x413

Écrit par Béatrice Doradoux et proposé par Romain Dehaussy, Directeur chez Chausson Finance.
Spécialiste de la levée de fonds, Chausson Finance organise régulièrement des rencontres autour de problématiques et/ou de personnalités. Après Olivier Heckmann, Denis Fayolle ou encore Pierre Tremolières c’est au tour de Béatrice Doradoux, passionnée d’art oratoire et d’improvisation théâtrale, de livrer ses « tips » concernant la prise de parole en public. Elle a créé la Désimpro, un organisme de formation & coaching.

1. Une seule chose à la fois

Entre bougeotte et statisme, il est parfois difficile d’équilibrer son corps et de le (dé)placer sur scène, en conservant une présence forte. La première chose à faire est alors de s’ancrer profondément de toute sa verticale, pour mieux se redresser devant l’assistance. Lorsqu’alors le besoin de remuer se fait sentir, cela devient l’occasion idéale de marquer une très légère pause qui aéra votre discours. Prenez votre temps, ainsi que votre respiration, et profitez-en pour réaliser en 1?2 seconde de silence un pas de côté ou en avant. Ancrage à nouveau, inspiration, vous reprenez votre pitch avec une énergie nouvelle.

2. Découper les parties de son speech

Et si ces courts instants de silence et déplacement servaient en plus à marquer vos parties ? C’est une manière très claire d’illustrer physiquement son plan. Si vous explicitez un point en commençant votre phrase par un déplacement sur la gauche « D’une part, nous pourrions… », puis, pas sur la droite, « …et d’autre part nous envisageons alors de … ». Cela ne paraît pas grand-chose, mais pour le public, vos changements de position symboliseront très clairement la découpe de votre speech.

3. Il n’y a pas de problème de voix, seulement des problèmes de respiration

Prendre son temps lors d’un discours ne sert pas seulement la forme de celui-ci. En effet, les problèmes vocaux : son trop aigu, rythme effréné ou monotone, souffle court, niveau sonore trop faible ou trop puissant… sont avant tout des problèmes de respiration, généralement directement liés à votre niveau de stress. Il faut alors en priorité travailler sa décontraction sur scène. Une telle pratique vous permettra de ne pas vous essouffler à chaque phrase, mais au contraire de les faire vibrer de différentes énergies.

4. Le regard. Tout est dans le regard

Si vous voulez que votre public vous écoute, il va falloir le considérer en échange. Un regard croisé entre deux personnes suffit à signer un contrat entre elles, confirmant que l’une est présente à l’autre. Franc et bienveillant, le regard invite à prolonger l’écoute de ce pitch qui semble alors nous être personnellement destiné. Même principe avec les grands auditoires : vous ne regarderez certes pas tout le monde, mais vous le ferez sans voile avec les quelques élus – le public le ressentira et s’appropriera cette sensation de complicité.

5. Un pitch à deux nécessite deux profils différents

Un pitch est parfois un travail d’équipe et il est important que vous puissiez, le cas échéant, présenter à plusieurs le storytelling de votre startup. En prise de parole partagée, considérez vos profils d’orateurs : si vous êtes deux speakers en low energy, ou au contraire, deux piles électriques, attention à ne pas perdre votre auditoire. L’idéal est de mixer les profils dans un équilibre harmonieux. Ni deux extrêmes, ni deux clones, chacun doit faire valoir son individualité, sous la griffe commune de l’entreprise.

6. Le public est avec vous !

Contrairement aux idées reçues, le public est toujours bienveillant, il veut, comme vous, passer un bon moment. En revanche, il est aussi empathique, et si vous êtes gêné, il sera gêné pour vous, ce qui peut vous induire en erreur sur son intention. Le public est intelligent : il entend tout et, malheureusement pour les speakers français, a tendance à relever les fautes plutôt que les belles tournures oratoires– mais cela ne veut pas dire qu’il ne les voit pas. Enfin, le public est également fainéant : ne lui demandez pas de faire un effort, tel que tendre l’oreille, ou il décrochera très vite. Vous êtes orateur : vous prenez la responsabilité de l’écoute de votre auditoire.

7. Des anecdotes pour bâtir le storytelling

Nous avons tous le même type de parcours, même pour les plus atypiques : du premier job décevant, à l’ami d’enfance qui deviendra notre cofondateur, sans oublier ce mentor croisé au hasard… Alors pour rendre votre storytelling impactant, concentrez-vous sur les étapes qui vous ont fait passer d’une situation à une autre. En d’autres termes, donnez-nous du « pourquoi », car seules vos prises de décision sont uniques. Ce sont vos transitions qui sont intéressantes et qui seront notamment source d’anecdotes pour captiver votre audience par la suite.

8. Une belle sortie requiert un call-to-action

La fin d’un pitch est le moment idéal pour passer un message : et si vous en profitiez pour glisser un mot sur une prise de conscience, sur votre mission de vie, sur votre vision de l’évolution des tendances dans votre domaine ? Trop souvent, ce fameux « call-to-action » est utilisé pour inviter les participants à se rendre sur un site internet, une page facebook, ce qu’ils ne feront certainement pas. Pensez à ce que votre solution peut changer dans leur vie, et invitez-les, d’une manière originale, à tenter le switch au moins une fois.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Manifestation ISG Alumni : Atelier : ‘Aborder le networking : comment parler de soi ?’

By / Art oratoire, Les Formations / Commentaires fermés sur Manifestation ISG Alumni : Atelier : ‘Aborder le networking : comment parler de soi ?’

Venez participer à l’Atelier du Mardi 15 mars de 8h30 à 10h A l’ISG

Venez vous challenger sur vos capacités à transformer vos discours en histoires qui rassemblent, dans une ambiance ludique et bienveillante. Nous utiliserons les jeux de rôles et les débriefs collectifs pour vous permettre d’écrire votrepitch.
Et si vous n’aviez que deux minutes, dans un ascenseur, pour expliquer à une personne en quoi consiste votre but ultime ? Par une communication maîtrisée, engagez-vous et poussez les autres à s’engager avec vous ! C’est un moment fort de lâcher-prise qui vous offre une mise à jour des techniques oratoires et un regain de motivation à la prise de parole en public !

Inscrivez vous dès maintenant ! Attention places limitées aux 15 premiers inscrits !

Tarifs :
Cotisants ISG Alumni : Gratuit
Non Cotisants et Extérieurs : 10 euros

Contact :
Maëva Perez 01 56 26 11 20 – communication@isg-alumni.com

Source : Manifestation ISG Alumni : Atelier : ‘Aborder le networking : comment parler de soi ?’

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Concours d’Eloquence de L’Ecole de l’Art Oratoire

Le 17 juillet 2014, dans les locaux de l’ENA, une poignée d’orateurs ont été sélectionnés pour participer à la finale du Concours d’Éloquence, organisé chaque année par l’École de l’Art Oratoire de Stéphane André. La vidéo ci-dessous est un court extrait d’une performance sur 10 minutes, évoquant la thématique de l’insertion des jeunes diplômés, pleins de talent, d’ambition, et pourtant sans emploi à la sortie des études.

Le discours conclu néanmoins sur une note positive et non négligeable : cette vague de désillusion a vu s’élever avec elle autant de créativité et d’ingéniosité qu’il en faut pour apporter une réponse adaptée au marché du travail. Là où le jeune diplômé n’a plus d’emploi, il a des idées et le courage de leur donner forme à travers une aventure entrepreneuriale passionnante…

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone