La désimpro

Month: janvier 2016

Le coaching individuel, pour quoi faire ?

2015-12-13, Atelier impro photo-2026

J’entends très souvent la question « mais tu fais quoi en coaching individuel ? », et celle-ci est légitime, car on y fait beaucoup de choses en vérité.

Le but de cet article est de vous faire faire un petit tour d’horizon de cette pratique de plus en plus répandue, pour le meilleur, et parfois pour le pire.

Prenez le temps de lire attentivement les différentes possibilités, puis de faire le parallèle avec votre propre situation, dans ses besoins, dans vos envies.
Enfin, si l’aventure vous tente, il faudra encore passer l’épreuve la plus difficile : trouver le bon coach. Comme avec un psychologue, un kiné ou encore un diététicien, la relation entre le professionnel et le client/patient est juste fondamentale. Parfois au-delà même de la technique employée, c’est la confiance qui va régner entre ces 2 individus qui sera à l’origine du bon déroulé, ou non, de la séance.
Ainsi, si votre coaching, régime, thérapie, se passe mal, avant de bannir à vie la discipline, testez peut-être le rendu avec un confrère, ou posez-vous du moins quelques questions sur les véritables raisons de l’échec de votre première tentative.

1. Le coaching pour mieux se connaitre

Je suis parfois surprise lorsque, en atelier, je propose des exercices sur la posture, la voix, où les participants ont l’air de découvrir leur propre corps et leurs capacités. Si l’un d’entre eux émet un son qui semble le surprendre lui-même, en portant la voix, je ne peux résister à l’envie de lui faire remarquer qu’il habite ce corps depuis plusieurs dizaines d’années, sans même le connaître ! Exit les selfies et autres pratiques soi-disant narcissiques, bien se connaître est une tout autre histoire ! Il faut parfois passer par une phase d’acceptation, par une curiosité que l’on n’a jamais réveillée, ou par une pudeur profondément ancrée, de se regarder de l’intérieur. Mieux se connaître pour mieux se comprendre, puis pour savoir ce que l’on voudrait pour sa vie, ce qu’il nous faudrait pour être heureux. C’est un coaching de soi, sans attente de performance, sans besoin d’aller vite. C’est parfois un cadeau que l’on se fait à soi-même, on s’offre du bien-être, mais avant cela, on apprend ce qu’est le bien-être pour nous. Ce sont des moments forts et intimes où l’on accepte de se livrer au coach qui vous découvre à vous-même, en toute bienveillance.

2. Le coaching pour éclore

Bienvenue dans le monde merveilleux du « développement personnel »; un monde merveilleux mais aussi complexe où l’on aura jamais autant vu de mots valises voulant à la fois tout et rien dire, restez vigilants.
Derrière développement personnel, on entre dans le déploiement de ses « ressources personnelles » => Si vous ne les avez pas encore identifiées, retourner à l’étape 1. ci-dessus. Dans le cas contraire, il s’agit d’entrer en action, de profiter de votre envie de mouvement et de vos recherches d’évolution. Parfois, le but est de faire naître un talent, ou de lui donner la possibilité de s’exprimer. D’autres fois, nous nous centrons sur un objectif d’innovation de nous-mêmes : et si je devenais optimiste ? Et si je réorganisais ma vie ? Et si j’osais aller vers les autres ? Vous avez généralement été confronté à une épreuve dans votre vie, ou à une nouvelle vision de celle-ci, pour en arriver à ce niveau-là. Le coaching pour éclore, s’il est bien fait, vous montre les outils en votre possession pour avancer sous cet angle nouveau, et vous aide parfois même à les tailler sur mesure.

3. Le coaching pour performer

Généralement associé à un univers plus professionnel, ce dernier type de coaching va vous contextualiser dans votre quotidien : où est-ce que vous avez besoin de performer ? à quoi cela va-t-il vous servir ? Quels sont les objectifs que vous visez ? Ici, vous allez certainement choisir un atelier thématique, autour de la communication, de l’efficacité commerciale, du positionnement, ou encore du leadership, etc. Je suis souvent contactée pour travailler sur ce coaching de la performance, plus adaptée à mon propre profil. Les personnes qui viennent me voir dans ce cas cherchent par exemple à :
– se préparer avant un entretien d’embauche, avant un entretien annuel, avant une interview
– se faire accompagner dans une reconversion professionnelle, dans une nouvelle prise de poste
– se faire conseiller sur leur communication orale (managériale, commerciale), leur image ou leur profil d’orateur
– optimiser une des phases de leur projet entrepreneurial (lancement, croissance, recrutement…)


Attention cependant sur ce que le coaching individuel n’est pas :

Le coaching n’EST PAS une thérapie
.
J’ai beau m’amuser à faire le rapprochement avec le travail du psychologue, ça n’est pourtant pas du tout le même métier ! Un jeune homme était venu me voir une fois, en m’expliquant ses difficultés à s’exprimer, à communiquer avec les autres. Seulement, après une séance de découverte, je comprends rapidement que ses blocages sont d’ordre personnel et psychologique. Dans ces cas-là, je ne suis clairement pas habilitée à l’aider, et avant toute chose, il doit être accompagné d’un professionnel qui saura effectivement prendre en charge ses problématiques. Si après cela cette personne souhaite en plus améliorer sa communication orale, il pourra toujours revenir vers moi ou un collègue. Soyez prudent par rapport aux coachs qui poussent à la consommation.

Le coaching n’EST PAS non plus une solution miracle.
Se dire que l’on vit au quotidien avec un problème qui pourrait disparaître après quelques séances de coaching est faux. D’ailleurs, le coaching n’est même pas censé apporter en tant que tel des solutions, mais simplement des clés qui permettront ensuite au coaché de trouver lui-même ce qu’il doit faire… De mon côté, j’avoue être plutôt orientée solution, et en ce sens, je me rapproche davantage de la formatrice que de la coach, mais ce n’est pas le cas le plus rependu. Quoi qu’il en soit, et même avec un package de solutions dans les bras, il n’en demeure pas moins que le développement vient de l’intérieur, et pour opérer une telle mutation, il faut parfois des années. Cela ne veut pas dire des années de coaching ! 🙂 Mais des années de travail sur soi, post-coaching.


Bon courage pour vivre cette belle aventure ! Et toutes celles qui suivront…

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone